L’identité digitale basée sur la Blockchain dans la Suisse (bientôt!)

Pour illustrer concrètement la stratégie de e-gouvernance de la fédération Suisse, j’ai choisi la solution d’identification digitale du canton de Zug, basée sur la blockchain, qui est un exemple concret de la stratégie du gouvernement fédéral dans ce domaine. Après une phase de test réussie, tous les résidents ont la possibilité de s’inscrire sur l’application uPort et d’y télécharger leurs données. Seul le propriétaire de son compte peut gérer ses propres données d’identité et en autoriser ou en refuser l’accès. Sans consentement, les données restent encryptées sur votre propre téléphone portable.

Le grand avantage de cette solution d’identification digitale est le fait que les informations sont stockées cryptées sur la blockchain Ethereum en utilisant l’application uPort. Il existe de nombreuses autres solutions d’identification digitale similaires, mais dans les autres solutions, les données personnelles sont principalement stockées sur des serveurs centraux. La ville de Zoug ne veut pas prendre ce risque et place les usagers au centre.

L’illustration suivante montre à quel point il est facile de s’enregistrer sur l’application uPort.

Orientation du service

L’identité numérique permet aux habitants de la ville de Zoug d’accéder plus facilement aux services électroniques. Ces services, qui sont encore en phase de développement, sont par exemple un système de location de bicyclettes basé sur une chaîne en bloc, un système de gestion de parkings ou le prêt de livres par la bibliothèque.

Avantages et efficacité

Le 24 juin 2018, le premier réglage de test basé sur une chaîne de blocs avec le certificat numérique a été effectué en Suisse. Même si seulement un petit nombre de personnes ont participé à cette enquête, le vote test a été un succès. Un grand nombre de participants aimeraient pouvoir soumettre leurs impôts à l’aide d’un certificat numérique.

L’identité digitale se compose de trois éléments. La première exigence est un coffre numérique. Ce coffre se trouve sur le téléphone portable dans l’application uPort et est sécurisé soit avec une broche, soit avec un capteur d’empreintes digitales. L’identité numérique est alors stockée dans l’application uPort.

Dans un deuxième temps, l’application uPort crée une adresse unique et immuable sur la chaîne de blocs Ethereum et la relie au casier du téléphone mobile.

Le troisième élément de l’identité numérique est le portail de certification. Après l’inscription sur le site Web et l’application, les résidents ont deux semaines pour s’inscrire auprès du bureau d’enregistrement des résidents afin de vérifier leur inscription. Un passeport ou une carte d’identité doit être sur soi pour vérification. Le bureau d’enregistrement des résidents signe ces entrées avec votre propre clé cryptographique. Ce certificat sera alors également sauvegardé sur l’application uPort.

L’efficacité de cette solution est évidente à long terme, car de nombreux services pour lesquels les utilisateurs doivent prouver leur identité peuvent être exécutés de manière plus rentable et plus rapide.

III. Promotion de l’innovation et de l’implantation

L’un des objectifs de l’e-gouvernement est de créer de la valeur ajoutée pour la population, l’économie et les pouvoirs publics. L’Institut des services financiers de Zoug (IFZ) de la Haute école spécialisée de Lucerne, les entreprises Consensys uPort (Zoug), ti&m (Zurich) et le département informatique de la ville de Zoug ont participé à l’élaboration du projet “Un certificat numérique pour tous basé sur la chaîne en bloc”.

Blockchain est une technologie encore jeune qui permet d’optimiser de nombreux processus. L’introduction de nouvelles technologies est déjà difficile. L’expérience et l’innovation qu’un tel projet apporte est une réussite non seulement pour la Suisse dans son ensemble, mais aussi pour d’autres pays qui souhaitent réaliser des projets similaires.

Soutenabilité

La durabilité est à l’avant-garde de l’identité numérique. Les résidents n’ont besoin de compléter le processus d’inscription avec l’application et la municipalité qu’une seule fois. L’identité numérique peut alors être facilement intégrée dans de nombreux projets. Ceci favorise l’utilisation multiple de cette solution.

Conclusion

L’avenir de la stratégie de e-gouvernance de l’Etat en matière d’identité digitale présente un grand potentiel pour la Suisse. De nombreux services peuvent être utilisés beaucoup plus efficacement et devenir plus transparents et plus sûrs. Cela signifie que l’État peut utiliser ses ressources à cet égard pour des tâches plus importantes. Si les processus répétitifs peuvent être automatisés, alors la main d’œuvre est utilisée dans de nombreuses industries pour des tâches intéressantes et innovantes. Le long processus d’évaluation des bulletins de vote en est un bon exemple. Si la coordination future ne peut s’effectuer que par voie électronique, elle est non seulement plus sûre, mais aussi plus efficace.

La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a annoncé le projet du gouvernement suisse d’un ID digital national en 2017. Il semble certain que la délivrance d’une carte d’identité d’État dans un pays reconnu par l’État

La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a d’ores et déjà annoncé le projet du gouvernement suisse d’un certificat numérique national en 2017. Il semble certain que la délivrance d’une carte d’identité d’État devrait incomber à des fournisseurs privés reconnus par l’État, appelés fournisseurs de services d’identité.

Dans un proche avenir, différents certificats numériques existants, tels que SwissID ou SwissPass, seront mis à la disposition des citoyens suisses ayant une identité numérique suisse unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *